La mécanique du masque

Carnet de bord de recherche du metteur en scène Charlie Windelschmidt en Indonésie, dans le cadre du programme Hors les murs de l’Institut Français.
- Plus d’infos...

Contact | Compagnie Dérézo | Chapelle Dérézo
  • 2 - Ecole de rue

    Ici tout semble organique.
    C’est l’art de cultiver le fortuit.
    Ou l’impensable ou l’incalculable.
    C’est aussi le temps passé à "tomber à la rencontre".
    Le temps de se perdre au bon moment et au bon endroit.

    La pluie torrentielle arrive en quelques secondes.
    Elle m’oblige à stopper ma moto sous le premier bout de toit qui se présente... et l’école est là.
    Epicerie en bord de route.
    A même le sol les apprentis jouent. Entre deux sms, entre chips, boissons trop sucrées et une multitude de babioles ne me disant rien, ils s’entêtent.
    Le maitre est à la flûte, il ne dit rien et joue sans s’arrêter y compris quand les autres déraillent, coupent, ralentissent, fument, semblent changer de partition.
    Ils ratent, recommencent, transpirent, rient... ils sont entièrement tendus, non pas vers la réussite, non pas vers le juste son, le juste tempo, mais vers ce qui m’échappe encore...
    Ils perpétuent.
    La pluie passe.

    , par Charlie

  • 1 - Rest In Peace

    Au matin de mon départ m’accueille ce tag dans une rame du RER.
    Ce Rest in peace Charlie posé là cette nuit, me rend méfiant.
    Une impression tenace de sentir l’horreur sur moi.
    Cette photo sale semble dissoudre quelque chose de moi.
    Je suis choqué, comme beaucoup.
    C’est à partir de ce choc que je jette mon corps dans la bataille solitaire et indonésienne du masque et de ses avatars.
    Je ne peux m’empêcher alors de voir ce Shiva, posé là comme un signe dérisoire, un de ceux auxquels on s’accroche en cas d’urgence : « Shiva:le bon, celui qui porte bonheur. »

    Deux mois en étranger, deux mois en vagabond, deux mois c’est peut-être très long...

    , par Charlie

  • La mécanique du masque

    Ma résidence est un désir d’approfondissement de la question quel masque pour aujourd’hui ?

    Mon intuition pour un masque contemporain, veut réenchanter le rapport acteur-facteur-auteur. Conscient de la dichotomie Orient-Occident, conscient aussi des travaux des grands maitres ayant précédemment soulevés la question du masque au théâtre, je souhaite poursuivre ces recherches autour de plusieurs cultures très spécialisées sur la question, dont l’Indonésie en 2015. En 2016, une immersion de mon équipe artistique aura lieu en avril-mai en préparation de notre prochaine mise en scène de Tempête d’après Shakespeare. Pour cela je souhaite rencontrer les styles, les esthétiques, les origines et les techniques qui fabriquent l’état d’esprit dans lequel ces arts, ces traditions, ces rites, agissent encore aujourd’hui. Entre superstitions cosmiques et modernité, l’Indonésie apparaît comme une référence en la matière, et la rencontre avec les plus grands créateurs encore vivants (acteurs, sculpteurs, danseurs, musiciens...) sur place sera décisive dans mes prochaines créations...

    Retrouvez mon travail sur le site de la compagnie dérézo : www.derezo.com

    , par Charlie